donnez

Par où commencer pour vivre généreusement

GiveEveryDay_French_ColourAvez-vous déjà éprouvé un sentiment d’angoisse, de répugnance ou de méfiance lorsque vous étiez invité à donner de façon régulière et généreuse par un pasteur ou autre leader du ministère dans le cadre de votre église locale? La dîme et les offrandes, ainsi que l’habitude de donner régulièrement et généreusement, semblent un peu intimidants pour de nombreuses personnes—en particuliers si les ressources sont limitées ou si la personne en question vit d’un chèque à l’autre.

Donner généreusement découle d’un cœur qui a appris à faire confiance à Dieu, sachant qu’il pourvoira à chaque besoin. A travers l’histoire, y compris aujourd’hui, beaucoup ont expérimenté comment Dieu pourvoit d’une façon stupéfiante; cela est devenu évident suite à quelques simples pas de foi. Son intervention vient souvent de façons qui n’auraient pu être perçues aussi clairement si le chrétien n’avait  pris la décision de donner dans un esprit de sacrifice.

Donner de façon généreuse découle d’une meilleure compréhension du don de la dîme en tant que principe biblique. Si vous ne donnez pas la dîme régulièrement, ou sentez encore un certain malaise à l’idée de donner de l’argent régulièrement, pourquoi ne pas demander à Dieu de vous aider à comprendre la raison et la valeur de faire de cette habitude une priorité dans votre planification financière?

Si vous vous êtes toujours demandé quel était le fondement biblique de la dîme, voici quelques faits de base qui, nous l’espérons, vous seront utiles pour vous aider à commencer à donner régulièrement de vous-même. Vos ressources joueront un rôle précieux dans le soutien de l’œuvre qui a constamment besoin d’être accomplie dans le royaume de Dieu. Dieu a été si généreux envers nous, lui à qui nous devons la vie elle-même ainsi que tout ce que nous avons, nous donnant même son propre Fils afin que nous puissions recevoir le pardon de nos péchés et expérimenter la vie éternelle avec lui. Il désire que nous soyons généreux en donnant en retour afin qu’il puisse continuer à accomplir ses desseins sur la terre à travers nous.

Dix faits essentiels sur la dîme

(Adapté d’un article de William C. Martin dans The Pentecostal Messenger, réimprimé sous sa forme originale dans Enrich, édition de printemps, avril 2010.)

  1. Le concept de la dîme est une pratique profondément enracinée dans la longue histoire de la tradition judéo-chrétienne.

L’Ancien Testament est rempli d’encouragements à considérer toute chose comme appartenant au Seigneur (ex : Psaumes 24.1). On y trouve aussi un encouragement constant à soutenir le travail de ceux qui accomplissent la volonté de Dieu dans les lieux d’adoration, accompagné d’une promesse de bénédiction pour ceux qui étaient obéissants en faisant de son œuvre une priorité (Malachie 3.10, Exode 25.2, Nombres 18.25-34, Deutéronome 14.28-29, Néhémie 10.38).

Le Nouveau Testament, sans perdre l’idée principale (1 Corinthiens 9.13-14), encourage le don abondant et joyeux plutôt que le don rigide, obligatoire, ou le don venant d’un sentiment de devoir (2 Corinthiens 9.6-7). Jésus nous encourage à garder présent à l’esprit « justice, grâce et foi » alors que nous donnons, afin que notre don soit fait avec des cœurs qui sont au diapason des choses que désire le cœur même de Dieu (Matthieu 23.23). 

  1. Donner la dîme est une habitude qui nous aide à avoir un point de référence afin de savoir combien donner.

Sans point de référence, savoir combien donner peut sembler chose difficile. Nous pourrions être tentés de donner bien moins dans des temps de difficulté financière. Le principe de la dîme est un point de référence utile qui peut être appliqué aux revenus modestes comme aux plus importants. Chacun peut ensuite calculer combien donner en proportion de ses revenus (Proverbes 3.9-10, 2 Corinthiens 8.1-5).

  1. Donner la dîme découle d’un sentiment de reconnaissance pour ce que Christ a fait pour nous.

Dieu a fait preuve de tant de grâce envers toute la création, et ce de multiples façons, que nous avons tout lieu d’être reconnaissants. Et lorsque nos yeux s’ouvrent sur l’œuvre merveilleuse de la croix et sur le don du salut qui nous ont été offerts par la foi en Christ, notre réaction naturelle devrait être une gratitude extrême. Cette reconnaissance devrait s’exprimer naturellement de façon à apporter quelque chose à l’œuvre de l’annonce de l’évangile aux autres qui ne l’ont pas encore entendu ou compris. C’est notre façon de dire « Merci » à Dieu, de l’adorer, et d’apporter notre contribution à son œuvre continue dans le monde, même lorsque nous n’avons pas grand-chose sur le plan matériel (Luc 21.1-4).

  1. Donner la dîme valorise le soutien financier de l’église, assurant un niveau de contributions régulier, fiable et proportionnel plutôt qu’une vague contribution.

Les églises ont des coûts opérationnels continus, en plus des coûts de ministère et des projets d’évangélisation. Elles ont besoin que leurs membres investissent suffisamment de leur temps mais aussi un niveau de soutien financier constant afin de fonctionner de façon efficace. Donner la dîme est une façon importante de s’assurer que l’église locale, le moyen choisi par Dieu pour faire connaître son nom et son royaume, mais aussi pour faire des disciples et les affermir, soit en bonne santé, sans brèches dans ses ressources financières.

  1. Donner la dîme établit un modèle économique de gestion de l’argent et nous garde de l’égoïsme et de la cupidité.

Lorsque donner la dîme devient une priorité (y compris donner des offrandes, qui sont des contributions financières qui s’ajoutent à la dîme), nos yeux ont tendance à s’ouvrir aux besoins qui nous entourent. Alors que nous prenons conscience de la différence que fait notre contribution, et que nous goûtons à la joie que Dieu nous donne quand nous donnons alors qu’il continue de pourvoir à nos besoins, nous sommes davantage prêts et plus enclins à faire des sacrifices pour maintenir régulièrement notre contribution. Les autres besoins matériels deviennent souvent moins importants ou moins urgents à satisfaire, comparés à notre désir de maintenir notre engagement envers les projets de Dieu.

  1. Donner la dîme enlève toute confusion dans le calcul de nos dons.

Avoir fixé un pourcentage (qui est facilement dépassé lorsque la générosité devient une manière de vivre) à mettre de côté pour les projets de Dieu simplifie le calcul de ce que nous voulons donner. Lorsque chaque personne prends le temps de considérer comment planifier ses dépenses, il est bon de savoir dès le départ ce qui doit être mis de côté à cet effet. La tentation d’utiliser l’argent pour d’autres besoins ou désirs est aussi beaucoup plus faible.

  1. Donner la dîme nous aide à nous discipliner dans la gestion de nos finances.

Mettre de côté une portion spécifique de ses finances pour le Seigneur met en évidence le besoin de vigilance quant à la manière de dépenser le reste de l’argent. Donner la dîme a tendance à faire de la planification intentionnelle de notre budget une chose plus prioritaire, de sorte que la dîme est planifiée de façon appropriée et que les autres dépenses sont planifiées autour du don en faveur du royaume. Il y a alors une prise de conscience plus importante que toutes nos ressources appartiennent à Dieu et que nous devrions être de bons gérants, attentifs à la façon dont nous les utilisons.

  1. Donner la dîme assure un soutien financier adéquat et fiable à l’église et aux ministères qui en découlent.

En une période où la présence et l’impact de la foi chrétienne sont nécessaires de façon plus urgente que jamais auparavant, il est important que la mission de Christ ici au Canada et dans le monde entier puisse aller de l’avant avec la certitude que tous les besoins—ceux des familles missionnaires, de leurs ministères, et des gens qu’ils servent—soient pourvus sans inquiétude. La dîme, et, par extension, les offrandes, sont une part cruciale des structures de soutien financier en place pour aider les individus et les organisations à faire la différence auprès des gens qui souffrent et qui ont besoin d’espoir.

  1. Donner la dîme donne une valeur et un sens particuliers aux ressources financières qui nous restent.

Quelqu’un demanda à une personne qui donnait sa dîme alors que ses revenus étaient faibles, et qui faisait face à des contraintes financières inhabituelles, si elle était parfois tentée de renoncer à son habitude de donner sa dîme. Elle répondit: « J’ai essayé des deux manières; je préfère avoir neuf dixièmes avec la bénédiction de Dieu sur ce montant que les dix dixièmes sans sa bénédiction! ».

  1. Donner la dîme donne l’occasion de vivre une expérience d’aventure constante.

Dans le dernier livre de l’Ancien Testament, Dieu parle par le biais du prophète Malachie pour mettre au défi son peuple, qui avait oublié son obligation envers lui et avait retenu ses dîmes. Il les invita à le mettre à l’épreuve, leur promettant de les bénir au-delà de leur besoins lorsqu’ils feraient de leurs dîmes et leurs offrandes une priorité : « Apportez à la maison du trésor toute la dîme afin qu’il y ait des provisions dans ma Maison; mettez-moi de la sorte à l’épreuve, dit l’Éternel des armées, et vous verrez si je n’ouvre pas pour vous les écluses du ciel, si je ne déverse pas pour vous la bénédiction, au-delà de toute mesure. » (Malachie 3.10). Cette promesse a immanquablement fait ses preuves, dans une multitude de façons qui ne pourraient être mesurées en termes de gain matériel.

Pour lire des blogs reliés à cet article (en anglais) ou pour en apprendre plus sur les principes du don selon la Bible, cliquez ici.

© 2013 Les Assemblées de la Pentecôte du Canada

Tous droits réservés.