Euaggelion… Partager la bonne nouvelle

Euaggelion… Partager la bonne nouvelle

par Ken Russell

Les bonnes nouvelles se font plutôt rares. Les mauvaises vendent plus de journaux et augmentent les cotes d’écoute à la télé. L’espoir, le courage et l’optimisme semblent en perte de vitesse dans notre société où les gens se nourrissent plutôt d’un régime de négativité. Les animateurs tels qu’Anderson Cooper, Sean Hannity et Wendy Mesley se font l’écho de rapports de désastres naturels, de fusillades de masse, de menaces de guerre mondiale et de scandales politiques. En ces temps périlleux, ceux qui marchent sur les traces de Christ ont reçu pour mandat de proclamer la bonne nouvelle. Le mot évangile (ou bonne nouvelle) revient 76 fois dans la Bible, uniquement dans le cadre du Nouveau Testament. Le mot euaggelion est utilisé dans la langue originale; c’est de lui que sont dérivés les mots français évangéliste, évangile et évangélique. La bonne nouvelle peut être interprétée comme étant l’ensemble du récit de la création, de la transgression et de la rédemption. La plupart des évangéliques se focalisent cependant sur la bonne nouvelle de l’incarnation, la mort, l’ensevelissement et la résurrection de Christ.

Marc 16.15 nous dit : « Allez dans le monde entier proclamer la bonne nouvelle à toute la création ». L’apôtre Paul encourage aussi les disciples de Christ à proclamer et incarner l’évangile : « C’est pourquoi nous disons sans cesse à Dieu toute notre reconnaissance de ce que, en recevant la parole de Dieu que nous vous avons fait entendre, vous l’avez accueillie non comme la parole des hommes, mais comme ce qu’elle est vraiment: la parole de Dieu agissant en vous qui croyez » (1 Thessaloniciens 2.13). L’évangile est un récit vivant du plan de rédemption de Jésus-Christ pour toute l’humanité. L’évangile décrit le don précieux de Dieu de la vie éternelle au moyen de la mort substitutrice de son Fils, Jésus, pour l’expiation du péché des hommes et de leurs transgressions. Par la foi, ceux qui acceptent la seigneurie de Christ échangent leur condamnation à la mort éternelle avec le don de la vie éternelle. C’est une bonne nouvelle! C’est aussi une très bonne nouvelle pour ceux qui comprennent les réalités prophétiques de notre monde d’aujourd’hui. La proclamation de la bonne nouvelle nécessite des messagers crédibles ainsi qu’une communication et une contextualisation claires.

Des messagers crédibles
Les gens observent généralement d’abord comment vivent les chrétiens avant de les écouter et d’entendre ce qu’ils ont à dire. Quand les gens constatent que leur comportement est incohérent avec le message de « l’évangile » tel que proclamé, ils prennent leurs distances d’avec le message et le messager qu’ils ne considèrent pas comme crédibles. Personne ne respecte un imposteur ni ne prête attention aux gens qui mènent une vie double. Un dictionnaire définit le mot crédible comme « le fait que quelqu’un puisse être cru ou soit digne de confiance ». La puissance et la pureté de l’évangile doivent être proclamés par des messagers fiables et dignes de confiance. Nous savons que la puissance de l’évangile ne se limite pas aux capacités humaines, mais que sa proclamation requiert une crédibilité humaine. Philippiens 1.27 nous dit : « Seulement, conduisez-vous d’une manière digne de l’Évangile du Christ. Ainsi, que je vienne vous voir ou que je sois absent, j’entendrai dire de vous que vous tenez ferme dans un même esprit, combattant d’un même cœur pour la foi de l’Évangile. Paul exhorte aussi les disciples de Christ dans Éphésiens 5.15-17 : « Faites donc bien attention à la façon dont vous vous conduisez : ne vous comportez pas comme des fous, mais comme des sages : rachetez le temps, car les jours sont mauvais. C’est pourquoi ne soyez pas stupides, mais comprenez quelle est la volonté du Seigneur. »

“L’évangile décrit le don précieux de Dieu de la vie éternelle au moyen de la mort substitutrice de son Fils, Jésus, pour l’expiation du péché des hommes et de leurs transgressions. Par la foi, ceux qui acceptent la seigneurie de Christ échangent leur condamnation à la mort éternelle avec le don de la vie éternelle.”

Une communication claire
Il y a environ cinq ans, j’ai commencé à porter des lunettes en permanence. Avec l’âge et la poursuite d’une maîtrise, ma vue me posait de plus en plus de problèmes. Je me souviens tellement bien du jour de mon examen visuel. On m’a demandé de lire sur un tableau fixé au mur à environ huit pieds de moi alors que l’optométriste plaçait plusieurs lentilles correctrices devant mes yeux. À un moment donné de ce processus, elle a placé la bonne combinaison de lentilles correctrices devant mes yeux, et le tableau est devenu limpide. Je n’avais plus besoin de forcer afin d’y voir clair. La proclamation de l’évangile devrait être semblable à des lentilles correctrices pour ceux dont la vision spirituelle n’est pas focalisée. Quand les disciples de Christ partagent la bonne nouvelle, les gens devraient voir la splendeur de la sainteté et la dépravation du péché dans tout ce qui en fait le contraste, le tout en haute définition. Les gens devraient alors être en mesure de visualiser la grâce de Dieu, de percevoir le pardon de Christ et de reconnaître la puissance du Saint-Esprit pour transformer, sans cligner ni forcer des yeux. Il semble que ce soit l’ambigüité qui prévale dans toute notre culture d’aujourd’hui. Mais l’évangile n’est pas obscur, flou ou vague. L’évangile est d’une clarté limpide. Gardons-le simple, clair et sans les taches de la rhétorique de la religion.


Contextualisation
Un des aspects les plus remarquables du ministère de prédication de Christ lui-même était sa capacité à contextualiser la bonne nouvelle. Autrement dit, quand Jésus parlait à des pêcheurs, il parlait de bateaux, de filets et d’attraper du poisson. Quand il parlait à des gens de la terre, il parlait de semence, de terrain et de récolte. Quand il parlait aux pharisiens, il s’entretenait avec eux de la loi juive et de la grâce de Dieu. La proclamation crédible et claire de l’évangile nécessite une contextualisation. La bonne nouvelle de Jésus-Christ doit être partagée de façon appropriée dans le contexte de ceux qui l’entendent, faute de quoi ils pourraient mal le comprendre ou ne pas être en mesure de s’approprier les principes spirituels les plus puissants qui aient été connus parmi les hommes. L’évangile est proclamé efficacement quand des messagers crédibles délivrent un message clair qui leur permet d’établir le contact en profondeur avec leur auditoire.
Alors que nous entamons une nouvelle année, permettez-moi, chers amis, de vous encourager à proclamer l’évangile (la bonne nouvelle) en tout temps, en faisant appel à une approche pertinente et contextualisée dans le cadre de votre localité. La version la plus exacte de la Bible que les gens puissent jamais avoir l’occasion de lire est traduite par vos actes quotidiens et vos paroles empreintes d’amour.

ShareEveryDay_French_Colour

Cet éditorial est paru dans le bulletin BCYD Network News de décembre 2017. Vous pouvez lire cette lettre de nouvelles complète en cliquant ici. Ken Russell est Surintendant du District de C.-B. et du Yukon pour les Assemblées de la Pentecôte du Canada. Ken est né à Karachi au Pakistan, et il a migré au Canada à l’âge de 10 ans avec sa famille qui s’est établie à Powell River en C.-B. Lui et sa femme Brenda sont mariés depuis 34 ans et ont deux filles et deux gendres. Photo © istockphoto.com.

 

No comments yet.

Your Opportunity to Share and Inspire Others