La Générosité Change Tout – 2e Partie

GIVE - La générosité change tout – une vue d’ensemble – 2e partie La générosité: Qu’est-ce donc au juste?

par David Hazzard

La générosité comprend plus que le don financier. Il s’agit de l’expression tangible d’un cœur mature et d’un esprit sain qui recherche le bien-être des autres. C’est là bien plus qu’une simple intention. La plupart des gens veulent être généreux, comme les enfants de la rue dans le classique Bouillon de poulet pour l’âme paru en 1992, « A Brother Like That [1] » (Un frère comme ça). Lorsqu’il entendit parler d’un homme qui avait donné sa voiture à son frère, il dit : « Si seulement je pouvais être un frère comme ça! » La générosité est toujours active et proportionnelle à ses propres ressources, et ne dépend pas du fait de posséder de grandes richesses.

Il est aussi entendu que la générosité est plus qu’un investissement social car elle n’attend rien en retour. Ceci ne signifie pas que la personne généreuse n’est pas récompensée. Elle le sera. Mais la récompense ne devrait pas être l’élément motivateur qui pousse à des expressions de générosité.

Une étude récente à l’Université de Notre Dame a exploré encore une autre dimension de la générosité. En 2009, Notre Dame a créé une zone de recherche unique qui s’appelle « The Science of Generosity: Exploring an Essential Human Value » (La science de la générosité : l’exploration d’une valeur humaine essentielle). L’intention de ces recherches était d’intégrer divers courants disciplinaires (sciences humaines et sociales, médecine, commerce, etc.) afin d’approfondir la compréhension de ce qui favorise et inhibe la générosité chez les individus, dans les communautés et dans les sociétés dans leur ensemble. Le but ultime était d’encourager une générosité encore plus importante.

Les premières recherches historiques ont indiqué que, selon Aristote, la générosité est l’une de trois vertus de caractère essentielles, accompagnée du courage et de la tempérance. L’individu généreux, selon Aristote, est celui qui donne de ce qu’il possède de façon raisonnable loin de la convoitise et du gaspillage. La personne véritablement généreuse ne fait donc pas que donner, mais elle le fait de façon réfléchie. Elle considère avec attention la manière de donner le bien approprié aux bonnes personnes, dans la quantité appropriée, au bon moment, avec plaisir, et sans se préoccuper de soi-même. Par conséquent, donner à ceux qui manquent d’intégrité peut ne pas être vu comme une générosité appropriée.

La générosité doit donc être vue comme une vertu complémentaire qui est appréciée dans son intégralité lorsqu’elle est mise en pratique aux côtés d’autres vertus nécessaires. Il va de soi que toute expression de générosité serait ternie si les biens ou les fonds donnés étaient reçus par une activité malhonnête ou au moyen de pratiques commerciales peu honorables. Les vertus de l’honnêteté, de l’intégrité et de la diligence soulignent ainsi la beauté de la générosité.

Le don de bienfaisance au Canada

L’Institut Fraser a récemment mis à jour sa recherche annuelle sur la générosité au Canada et aux États-Unis pour l’année 2012 [2] . Ces données, disponibles sur plusieurs années, fournissent un aperçu précieux des activités et des tendances des Nord-Américains. Les résultats suivants indiquent que beaucoup ont saisi la valeur de la générosité, mais nous avons encore un certain travail à faire afin d’encourager tout le monde, particulièrement les générations suivantes, quant à son importante.

Le Manitoba détient le pourcentage le plus élevé de contribuables qui ont fait des dons de bienfaisance au Canada (26,2 %), suivi de la Saskatchewan et de l’Île du Prince Édouard (25,2 % chacune), de l’Ontario (24,5 %) et de l’Alberta (24,2 %).

Le Manitoba est aussi le leader des provinces et des territoires en termes du plus grand pourcentage de revenu personnel global donné à des organismes de bienveillance. Les citoyens du Manitoba ont donné 0,92 % de leur revenu global personnel, suivi de l’Île du Prince Édouard (0,83 %), et ensuite des deux provinces occidentales, l’Alberta et la Colombie-Britannique (0,81 % et 0,80 %, respectivement).

Les recherches ont aussi indiqué que, comparés à nos voisins au sud de la frontière, les Canadiens ne sont pas tout à fait aussi généreux. Aux États-Unis, l’étendue de la générosité est environ trois points plus haut : 26,7 % des contribuables américains donnent à des organismes de charité contre 23,3 % des Canadiens.

La différence entre les deux pays s’accentue de façon significative lorsque la portée de la générosité est comparée. En 2010, les Américains ont donné 1,38 % de leur revenu global à des organismes de bienveillance, pour un total de 170,2 milliards de dollars US de dons. Ce taux de don est plus du double de celui des Canadiens, qui ont donné 0,66 % de leur revenu global (8,5 milliards de dollars canadiens au total) à des organismes de bienveillance en 2010. Si les Canadiens avaient donné, globalement, le même pourcentage de leurs revenus à des organismes de bienveillance que les Américains, ces organismes canadiens auraient reçu 9,2 milliards supplémentaires de dollars canadiens de revenus de source privée (un potentiel total de 17,7 milliards de dollars).

La générosité est particulièrement importante dans le monde d’aujourd’hui et elle change effectivement tout. Elle change certainement la situation de ceux qui sont dans le besoin et qui ont besoin d’une forme ou d’une autre de générosité. Elle change l’atmosphère d’une famille, d’un commerce, d’une compagnie, d’une famille d’église, d’une fraternité ou d’une nation qui la pratique. Toutefois, peut-être le changement le plus profond est-il vécu au niveau individuel par une personne qui choisit simplement de donner librement. Comme Corneille. Comme la veuve que Jésus a honorée.

Les individus qui vivent en faisant preuve de générosité imitent ainsi une dimension de la vie et du caractère de Dieu et, ce faisant, vivent des dimensions de bénédiction qui sont uniquement accessibles à ceux qui sont généreux. Dans les mots de Jésus, « Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir ». Et comme le disent les Proverbes, « Tel, qui fait des largesses, devient plus riche ; et tel, qui épargne à l’excès, ne fait que s’appauvrir » (11.24).

La générosité nous libère de la tentation toujours présente de vivre pour nous-mêmes. Elle élargit nos cœurs, nos esprits et nos horizons, et approfondit nos relations avec Dieu et les autres. Les gens qui vivent en étant généreux ont découvert que Dieu est bien capable de faire tellement plus que réapprovisionner ce dont ils ont choisi de faire don. Leurs ressources sont aussi vastes que leur compréhension de Dieu. Ils embrassent le risque et vivent dans l’optimisme, croyant que tout investissement de temps, d’amour, de rires et de finances fait vraiment une différence significative.

En 2008, un couple de gens d’affaires que je connais a décidé, après avoir prié à ce sujet, de financer de façon généreuse un projet d’orphelinat, d’école et de clinique en Afrique centrale. Même si le projet est encore en train d’être réalisé, il a déjà produit tant de changement. La destinée et l’avenir de centaines d’enfants et de plusieurs membres du personnel ont été pour toujours transformés, simplement à cause de leur générosité. En fait, le Village de l’Espoir apporte un changement positif à la communauté tout entière où il se trouve. La clinique a en elle-même ouvert de nouvelles relations synergiques avec des professeurs et des étudiants à l’Université de l’Alberta. Sans que les fonds aient été sollicités pour ce projet, un collègue d’affaires et sa femme ont demandé l’opportunité de s’y joindre en donnant généreusement pour ce projet. La graine initiale de générosité a produit une récolte de générosité complémentaire, produisant la transformation de cœur dans un autre couple et une autre famille. Il faudrait un chapitre entier pour partager la façon dont leur pas de foi généreux a touché leurs vies, la vie de leurs enfants et de leurs petits-enfants. Et ceci n’est que le commencement.

C’est vrai. La générosité change vraiment tout.

GiveEveryDay_French_Colour

Lire ici la première partie du chapitre, Cet article est un extrait d’un chapitre paru dans Une générosité qui change tout – même nous (Mississauga (ON): Les Assemblées de la Pentecôte du Canada, janvier 2014, 11-14. © 2014 The Pentecostal Assemblies of Canada. David Hazzard est le Secrétaire exécutif des Assemblées de la Pentecôte du Canada. Pour commander ce livre, cliquez ici ou appelez au 905 542-7400, poste 3223.

[1] Dan Clark, “A Brother Like That,” dans Chicken Soup for the Soul: Stories to Open the Heart and Rekindle the Soul, Jack Canfield et Mark Victor Hansen (New York: Simon & Schuster, 1992).

[2] Fraser Institute, Research & News, « Generosity in Canada and the United States: The 2012 Generosity Index, » 13 Décembre, 2012. (Consultez aussi « Manitobans are the most generous Canadians but Americans far more generous overall”.)

Tags:

No comments yet.

Your Opportunity to Share and Inspire Others