Selon le plan?

Prendre des décisions selon la volonté de Dieu

par Ron Powell

Selon le plan?

“T’es-t-il déjà arrivé de devoir te décider?”

C’est ainsi que commence une chanson plutôt ancienne qui trahit mon âge. C’est aussi une question qui introduit une réflexion intéressante. Vous êtes-vous déjà trouvé pris entre deux opportunités tout aussi excellentes, ou un choix très douloureux qui vous a poussé à vous demander : Dieu veut-il que je fasse l’un ou l’autre ou cela a-t-il la moindre importance pour lui? A-t-il un plan de route détaillé pour ma vie?

Certains théologiens suggèrent que Dieu ne sait pas tout de l’avenir [1]. Il ne peut savoir que ce qui existe effectivement, disent-ils, et puisque l’avenir n’existe pas encore, il ne peut le connaître [2]. C’est un peu comme si Dieu pouvait imaginer un triangle rond. Pourquoi Dieu se préoccuperait-il de ce qui est irrationnel ou absurde? Il n’est pas dans sa nature d’agir ainsi. Cette vision a été appelée l’ouverture de Dieu ou le théisme ouvert [3]. Puisque Dieu ne planifie par les moindres détails de votre vie – comme la couleur des chaussettes que vous devez porter aujourd’hui – il n’a pas de volonté particulière concernant certains éléments majeurs comme le choix de votre conjoint, où vous devriez vivre ou quand vous devriez prendre votre retraite.

Est-ce bien ainsi qu’opère la volonté de Dieu?

Pour utiliser une image que j’ai empruntée au docteur Milton Wan, j’aime dire à mes étudiants en théologie  à Vanguard College que « Dieu se tient au-dessus du temps et voit le train du début à la fin comme depuis une montagne, alors que nous n’en voyons que quelques wagons sur les rails au fur et à mesure que le train passe devant nous ».

Considérez l’histoire de Genèse 4 où Dieu tient une conversation avec un homme en colère complotant un meurtre. Ce que Dieu dit à Caïn, il pourrait le dire à chacun d’entre nous : « Certainement, si tu agis bien, tu te relèveras. Si en revanche tu agis mal, le péché est couché à la porte et ses désirs se portent vers toi, mais c’est à toi de dominer sur lui » (Genèse 4.7). Dieu semble savoir ce que Caïn est sur le point de faire et en connaître les conséquences. Puisque Dieu est omniscient, il connaît tous les avenirs possibles ainsi que ceux qui sont effectifs. Plus grand que le plus grand maître des échecs, Dieu peut voir un nombre éternel d’options et d’actions à venir. En tant que tel, Dieu réalise chacun de ses projets, même quand nous faisons de mauvais choix qui défient ses lois ou sa volonté pour nous.

«T’es-t-il déjà arrivé de devoir te décider? »

Mais Dieu a-t-il un plan de marche clairement établi d’avance pour chacun de nous? Et si tel est le cas, ne se préoccupe-t-il que de la destination finale, ou est-il impliqué à chaque tournant de la route et chaque ligne du plan?

Un aspect de la volonté de Dieu qui est clair est le fait que nous devons l’aimer ainsi que ceux qui nous entourent (voir Marc 12.30-31). Une autre certitude est que la volonté « bonne, agréable et parfaite » de Dieu est que nous « offrions nos corps comme un sacrifice vivant, saint et agréable  Dieu » et que nous ne nous « conformions pas au monde présent, mais que nous soyons transformés par le renouvellement de [notre] intelligence » (Romains 12.1-2). La volonté de Dieu est donc clairement que nous l’aimions sans réserve, que nous nous abandonnions à lui entièrement, que nous gardions nos pensées pures et que nous refusions d’être le produit de la culture qui nous entoure.

Ce qui n’est pas clair, c’est pourquoi Dieu nous permet d’abandonner son plan. Il ne veut pas que nous péchions, mais chose étrange, il nous permet de pécher.  Dieu ne crée pas le mal, mais il nous permet de le défier et de finir par vivre des situations qu’il aurait pourtant voulu nous épargner. Quand Dieu a établi l’univers, il a mis en place des lois physiques et morales pour nous protéger et nous sauvegarder. Si vous avez récemment essayé de défier la loi de la gravité, vous avez probablement perdu, et vos blessures sont là pour le prouver. De la même façon, il existe des conséquences naturelles et spirituelles au fait de voler, de mentir ou de sombrer dans la colère, sans que Dieu nous accable d’un jugement soudain. Souvent, nous récoltons simplement ce que nous avons semé.

Donc, si Dieu nous permet de défier son plan pour nos vies, cela signifie-t-il qu’il a un plan B? Si le mari de Jackie qui a pourtant marché avec Dieu dans le passé se laisse aller et se détruit par une addiction et finit par la quitter, la volonté de Dieu pour elle est-elle désormais un plan A ou B? Peut-elle encore expérimenter la bénédiction parfaite de Dieu? Je crois qu’elle le peut, en dépit des mauvais choix des autres. Dieu est capable de lui accorder « une belle parure au lieu de la cendre, une huile de joie au lieu du deuil, un costume de louange au lieu d’un esprit abattu » (Ésaïe 61.3).

Il est une autre question avec laquelle beaucoup luttent souvent : si Dieu sait tout de l’avenir, cela signifie-t-il qu’il cause tout ce qui se produit dans nos vies? J’en suis arrivé à croire que Dieu ne provoque pas tout ce qui arrive. Mais je suis convaincu que Dieu accomplit ses plans en dépit de la désobéissance, tout comme pour Abraham avec la jeune esclave ou la liaison de David avec Beth-Shéba. Il se peut que nous ayons à endurer les conséquences à long terme de nos mauvais choix, mais même nos fautes sont merveilleusement et mystérieusement utilisées à son avantage. Le peuple de Dieu est exposé à des choses mauvaises comme le cancer, la violence, la trahison et le deuil. Pourquoi il les permet demeure un mystère, mais même si nous ne pouvons pas saisir son raisonnement, nous savons que « tout contribue au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés conformément à son plan » (Romains 8.28). Ce n’est pas un cliché. C’est une vérité.

Chaque jour, nous devons pratiquer la sagesse et accomplir notre obligation d’obéir à sa Parole. Dans les moments d’incertitude, nous avons la responsabilité, comme disaient les anciens, de « consulter l’Éternel ». Il s’intéresse aux choix que nous faisons et veut que nous le laissions nous guider. Plus important encore, nous avons la responsabilité d’être courageux et de suivre par la foi ce que nous savons être le plan de Dieu pour nos vies.

PrayEveryDay_French_Colour

Au moment où il a écrit cet article, le Dr Ron Powell était enseignant sur le ministère parmi les jeunes et père de deux adolescents. Il vit à Edmonton, AB. Cet article est paru dans le numéro de mai/juin 2013 de testimony, publication mensuelle des Assemblées de la Pentecôte du Canada. ©2013 The Pentecostal Assemblies of Canada.

1. Richard Rice, The Openness of God: The Relationship of Divine Foreknowledge and Human Free Will (Hagerstown: Review and Herald Publishing Association, 1980).

2. Clark Pinnock et al., The Openness of God: A Biblical Challenge to the Traditional Understanding of God (Downers Grove: InterVarsity Press, 1994).

3. John Sanders, The God Who Risks: A Theology of Divine Providence, revised edition (Downers Grove: InterVarsity Press, 2007).

No comments yet.

Your Opportunity to Share and Inspire Others