Lire, réfléchir et appliquer

Lire, réfléchir et appliquerpar David Wells

Lisez-vous comme moi deux ou trois livres en même temps, essayant toujours de vous souvenir où vous en êtes et quels sont les points principaux ou même l’histoire? D’habitude, un des livres que je suis en train de lire se trouve quelque part chez moi, alors qu’un autre est dans mon porte-documents, et encore un autre m’appelle depuis ma tablette électronique. Ma formule normale est de lire des livres sur la formation spirituelle et le leadership ainsi que des biographies et un bon roman.

J’aime beaucoup lorsqu’une confluence étonnante prend place et que toute ma lecture m’amène à des réflexions inspirantes sur la formation spirituelle et le leadership. Je lisais récemment de façon simultanée, Bishop: The Art of Questioning Authority by an Authority in Question de William Willimon; C. S. Lewis—A Life: Eccentric Genius, Reluctant Prophet de Alister McGrath; et God In My Everything: How an Ancient Rhythm Helps Busy People Enjoy God de Ken Shigematsu. Alors que je lisais ces livres, je me suis mis à penser à mon appel et à ma vision en tant que surintendant général au cours de ces cinq dernières années. Alors que je songeais à la bonne œuvre que le Seigneur a faite et aux fondations qui ont été établies, j’ai senti que j’avais besoin d’un renouvellement de cet appel et de cette vision. Ma passion est toujours que nous soyons une famille avec une mission basée sur les relations et empreinte de vitalité spirituelle, théologique et missionnelle, et que nous donnions gloire à Dieu en faisant des disciples dans la puissance de l’Esprit.

Ces trois livres offrent une abondance d’aperçus et d’opinions,  mais un point clé de chacun d’entre eux se sont rejoints pour me donner quelques éclairages bénéfiques.

Willimon, un érudit et auteur chrétien notoire, servait en tant que pasteur de son église pendant huit ans. Luttant au milieu du labyrinthe de structures et de traditions de l’église, il essayait d’aider son assemblée à comprendre que leurs leaders n’existaient pas simplement pour gérer et maintenir les choses dans leur état actuel. Plutôt, il les appelait à cette vision : « Chaque église est mise au défi et équipée afin qu’elle crée plus de disciples de Jésus-Christ en prenant des risques et en changeant des vies. » [1] Ceci n’était pas un appel à un nouvel élan de l’église basé sur des stratégies sûres et des aspirations sentimentales. Avec clarté, Willimon appelait à l’évaluation et à la redevabilité les uns envers les autres. Il attendait des chrétiens, de façon individuelle et collective, qu’ils portent du fruit pour le Royaume.

Son appel honnête a résonné en moi alors que je considérais notre vision et notre mission en tant qu’Assemblées de la Pentecôte du Canada. Avec l’aide de l’Esprit, j’ai réexaminé les cinq dernières années et j’ai cherché à évaluer notre vitalité spirituelle, théologique et missionnelle. J’ai reconsidéré les fermetures et les fusions, les implantations d’église et les églises satellites, et les nouvelles initiatives de mission. Il y a beaucoup de choses qui doivent nous faire réfléchir. Par exemple, près de 70 % de toutes les fermetures d’église ont eu lieu dans des zones fortement peuplées. Autrement dit, la plupart des églises qui ferment leurs portes le font à cause d’un manque de vision et de vitalité, pas de population.

Mais il existe aussi un encouragement alors que des églises trouvent des manières d’augmenter de façon novatrice l’impact qu’elles ont sur leurs communautés. La manière de multiplier leurs efforts qui devient la plus commune pour nos églises est de créer des églises satellites ou multi-sites. Les ministères communautaires qui agissent de façon pratique et les ministères de campus sont aussi à la hausse.

Ma conviction constante est que nous avons besoin d’une vie spirituelle toute fraîche et d’équiper les croyants, que ce soit dans nos églises ou parmi leurs leaders respectifs. La vitalité spirituelle est le précurseur de la vitalité missionnelle. C’est pourquoi je complète ma lecture et mon étude des Écritures en m’assurant que chaque second ou troisième livre que je lis met l’emphase sur les disciplines et la formation spirituelles. J’ai besoin de suivre le Saint-Esprit.

C’est ce qui m’a amené à lire God in My Everything, un livre écrit par mon ami Ken Shigematsu. Si le livre de Willimon était un bon coup de pied dans l’arrière-train, le livre de Shigematsu est un crochet dans le cœur. Il me tire vers tout ce qui je sais être juste et bon au sujet de la vie en Jésus. Comme les classiques spirituels de Richard Foster, Dallas Willard et Laurent de la Résurrection, ce livre attire l’attention sur les motivations et les pratiques qui nous forment à l’image de Jésus. Shigematsu s’inspire des riches modèles historiques de l’église quant à l’intimité avec Dieu et les autres et nous appelle ensuite à vivre de cette façon aujourd’hui. Il partage de façon ouverte de par sa propre vie afin de nous aider à voir les choses qui nous éloignent d’une vie spirituelle disciplinée. Il est clair que nous ne répondrons pas au défi missionnel sur lequel Willimon met l’emphase  si nous ne répondons pas d’abord au défi mis en évidence par le livre de Shigematsu.

Où C. S. Lewis peut-il bien alors trouver sa place? Eh bien, la vitalité théologique a son importance. Il y a une valeur importante dans la lecture de l’histoire de l’un des grands penseurs, apologistes et conteurs du christianisme du siècle passé. McGrath trace le portrait de Lewis comme celui d’un érudit et collègue complexe, brillant, et parfois frustrant. Si votre image de quelqu’un qui suit Jésus rentre dans un moule évangélique nord-américain très aseptisé, vous ne voudrez certainement pas lire cette biographie. Toutefois, si vous voulez vous émerveiller à la manière dont Dieu a poursuivi un homme qui lui était hostile et l’a ensuite utilisé malgré ses imperfections pour proclamer sa vérité, alors je vous encourage à le lire. Alors que je lisais ce livre, j’ai été frappé par le fait que, 50 ans après la mort de Lewis, Dieu bouleverse encore ma façon de voir qui il utilisera ou n’utilisera pas! Je suis vraiment ravi qu’il nous ait fait don de C. S. Lewis.

« Père, merci d’utiliser les textes stimulants de chrétiens pour stimuler nos volontés et étirer nos cœurs. Nous nous engageons continuellement à t’aimer de tout notre cœur, notre âme, notre esprit et notre force afin que ton amour soit rendu évident en nous. Pour ta gloire. Amen. »

Cet article a été écrit par David Wells, surintendant général des Assemblées de la Pentecôte du Canada.Lisez

Cet article est paru dans le numéro de novembre/décembre 2013 de testimony, publication bimestrielle des Assemblées de la Pentecôte du Canada. ©2013 Les Assemblées de la Pentecôte du Canada. Photo © istockphoto.com.

[1]. William H. Willimon, Bishop: The Art of Questioning Authority by an Authority in Question (Nashville: Abingdon Press, 2012), 67.

Tags:

No comments yet.

Your Opportunity to Share and Inspire Others