Il le faut

Trois impératifs pour ceux qui suivent Jésus-Christ

Il le fautpar Murray Cornelius

Personne n’aime se faire dire ce qu’il doit faire. Il n’est donc pas surprenant que nous n’aimions pas entendre les mots « Il faut ». Nous résistons quand on nous dit qu’« il faut » ou qu’ « il ne faut pas que nous fassions ceci ou cela. Adam et Ève n’ont pas vraiment apprécié que Dieu leur dise : « En ce qui concerne le fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, vous n’en mangerez pas et vous n’y toucherez pas, sinon vous mourrez » (Genèse 3.3).

Mais Jésus a parlé en ces termes assez régulièrement, non seulement en les appliquant à lui-même, mais aussi à ceux qui marchaient sur ses traces. Voici trois choses importantes qu’il a dit qu’il « devait » faire, et nous à sa suite.

Il faut que nous priions.

Jésus a informé sa mère qu’il devait se tenir dans la maison de son Père.

Luc 2.48-49

« Quand ses parents le virent, ils furent frappés d’étonnement, et sa mère lui dit : « Mon enfant, pourquoi as-tu agi ainsi avec nous? Ton père et moi, nous te cherchions avec angoisse. » Il leur dit : « Pourquoi me cherchiez-vous? Ne saviez-vous pas qu’il faut que je m’occupe des affaires de mon Père? » 

La référence à la maison du Père évoque la prière, car la maison du Seigneur est une maison de prière! Ce n’était pas seulement le lieu où Dieu révélait ses desseins, mais aussi celui où les nations pouvaient venir et rechercher la face du seul vrai Dieu. Quand Jésus a visité le temple à Jérusalem, il s’est mis en colère en voyant que la cour extérieure avait été transformée en marché. Le problème n’était pas vraiment le fait de changer de l’argent, mais plutôt que ce lieu était réservé à l’adoration et à la prière pour les nations.

Marc 11.15, 17

« Ils arrivèrent à Jérusalem, et Jésus entra dans le temple. Il se mit à chasser ceux qui vendaient et qui achetaient dans le temple, et il renversa les tables des changeurs de monnaie et les sièges des vendeurs de pigeons. Il ne laissait personne transporter un objet à travers le temple et il les enseignait en disant : N’est-il pas écrit : Mon temple sera appelé une maison de prière pour toutes les nations? Mais vous, vous en avez fait une caverne de voleurs. »

La prière doit être le carburant de la mission de l’église. Elle doit être avant tout centrée sur les desseins de Dieu pour ce monde. Tout au long du Nouveau Testament, il nous est rappelé que :

  • C’est par la prière que les portes s’ouvrent à l’évangile (1 Corinthiens 16.9; 2 Corinthiens 2.12; Colossiens 4.3).
  • C’est par la prière que des ouvriers sont suscités pour la moisson (Matthieu 9.37, 38).
  • C’est la prière qui brise la résistance à l’évangile (Actes 26.17-18).
  • Les apôtres sont remplis d’audace par la prière (Actes 4.29, 31).
  • L’évangile se propage rapidement par la prière (Colossiens 1.6).

Jésus nous a montré comment nous devons prier.

Il faut que nous prêchions.

Jésus était bien conscient de la puissance de la proclamation du Royaume de Dieu.

Luc 4.43

« Il faut aussi que j’annonce aux autres villes la bonne nouvelle du royaume de Dieu, car c’est pour cela que j’ai été envoyé. »

Jean 9.4

« Il faut que je fasse, tant qu’il fait jour, les œuvres de celui qui m’a envoyé; la nuit vient, où personne ne peut travailler. »

Jésus s’est obligé à accomplir la mission qui était la raison même de sa venue sur terre.

Il y a encore près de 7 000 groupes ethniques non atteints dans le monde avec moins de 2 % de disciples de Christ et moins de 5 % de chrétiens de nom. Ces réalités nous aident à nous focaliser sur la tâche inachevée du grand ordre de mission. Il existe au moins 1,5 milliard d’êtres humains sans accès au message de l’évangile.

Nous savons quels sont ceux qui n’ont pas encore entendu l’évangile, et nous savons où ils vivent dans ce monde; avec plus de 2 000 groupes ethniques musulmans non atteints, le monde musulman doit clairement constituer notre priorité.

Tout comme l’apôtre Paul, nous devons avoir pour but de « prêcher l’évangile là où Christ n’a pas été annonçé » (Romains 15.20).

Jésus nous a montré qu’il nous faut prêcher.

“La prière doit être le carburant de la mission de l’église. Elle doit être avant tout centrée sur les desseins de Dieu pour ce monde.”

Il faut que nous souffrions.

Jésus savait que le coût serait élevé.

Luc 9.22

« Il ajouta qu’il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup… qu’il soit mis à mort et qu’il ressuscite le troisième jour. »

Marc 8.34

« Si quelqu’un veut être mon disciple, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix et qu’il me suive! En effet, celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi et de la bonne nouvelle la sauvera. »

Malheureusement, cet appel à « renoncer à nous-mêmes » est sorti du vocabulaire de l’église et a été remplacé par un message de bénédiction et de prospérité. Mais il nous faut bien admettre que Jésus se plaît au sein de la souffrance. Il nous faut le suivre. Mais il en coûtera à l’église pour se rendre dans les lieux difficiles de notre monde tels que le Moyen-Orient ou l’Afrique du Nord.

Jésus nous a montré qu’il nous fallait souffrir.

Je prie que Dieu suscite du sein de nos églises canadiennes cinq couples et quelques célibataires qui répondront à son appel à vivre parmi les peuples arabophones. Il n’y a pas de temps à perdre. Cet appel ne sera pas facile. Il ne sera pas sans prix, mais la récompense pour tous sera éternelle.

J’aimerais pouvoir vous donner les noms de nos familles qui vivent en Afrique du Nord, mais je ne le ferai pas pour leur protection. Je peux cependant vous dire que, dans un pays musulman à 99 %, nos amis canadiens ont vu plus de 40 personnes venir à Christ et être baptisées ces trois années passées. Dans un autre pays, nos ouvriers rapportent qu’il existe à présent plus de 15 groupes de soutien pour jeunes mamans, tout un ministère auprès des enfants et un centre de formation biblique établi pour les pasteurs. Dieu a ouvert les portes et nos ouvriers internationaux atteignent les perdus avec l’évangile de Jésus-Christ.

Faisons notre part pour voir se multiplier de tels témoignages!

La mission de Dieu sera accomplie par les genoux de ceux qui prient, les pieds de ceux qui vont et les mains de ceux qui donnent.

Anonyme

LisezMurray Cornelius est le directeur exécutif des Missions internationales pour les Assemblées de la Pentecôte du Canada. Cet article est paru dans le numéro d’octobre 2011 de testimony, la publication mensuelle des Assemblées de la Pentecôte du Canada. ©2011 The Pentecostal Assemblies of Canada. Photo © istockphoto.com.

No comments yet.

Your Opportunity to Share and Inspire Others